Article

Article

Togo/un plan d’investissement forestier et de développement durable


Togo/un plan d’investissement forestier et de développement durable

Les arbres, au-delà de leurs bienfaits écologiques, constituent un atout économique et socioculturel inestimable. Mieux, les forêts contribuent à réduire les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, combattent les changements climatiques, assurent la purification de l’air et la fourniture de l’eau propre, protègent les ressources hydriques, participent à la conservation de la biodiversité, la liste est non exhaustive. Au regard de tous ces bienfaits, il serait préjudiciable pour tout pays de ne pas s’investir à protéger et/ou améliorer son écosystème forestier. Le Plan national d’investissement forestier (PNIF) nourrit cette ambition au Togo. Des chiffres divulgués en 2016 démontrent que la superficie totale des plantations au Togo, qu’elles soient étatiques, privées, scolaires ou communautaires, est de 53.000 hectares. Celles de l’Etat s’étendent sur plus de 20.000 hectares contre 33.000 hectares de plantations appartenant aux particuliers, aux acteurs scolaires et communautaires. Tout calcul fait, cette performance traduit un taux de reboisement annuel croissant qui a quitté 1000 hectares dans les années 1980 pour s’établir à 2000 hectares à partir de 2010. Le Plan national d’investissement forestier (PNIF) est évalué à près de 60 milliards de francs CFA, court de 2018 à 2022 et est composé de trois (03) axes notamment la gestion des aires protégées ; la gestion des écosystèmes forestiers ; la sensibilisation ainsi que la mobilisation des ressources. Le PNIF est lié au Programme de convergence des écosystèmes forestiers dans la Cedeao. Il vise dans une certaine manière à développer la coopération entre les pays, de façon à favoriser les initiatives communes transfrontalières ; à lutter contre le commerce illicite des ressources forestières et à protéger la faune et la flore. Restaurer 1,4 millions d’hectares déboisés ou dégradés                                                          C’est l’objectif des pouvoirs publics d’ici 2030. Pour y parvenir, ils s’accouderont sur une approche participative de gestion durable des forêts qui encourage l’aménagement des aires protégées par les populations riveraines et la régénération des ressources. Il est question d’atteindre un couvert végétal de plus de 10% par rapport au taux de déforestation qui est passé de 5% à 0,42% durant les 05 dernières années. Pour 2020, le Togo veut restaurer 35.000 hectares de forêts, planter 10.000 ha, 5000 ha d’agro-forêts et 20.000 ha de forêts enrichies. Précédemment, les efforts des pépiniéristes permettent de disposer aujourd’hui de 5.732.200 plants, toutes essences confondues, pour la campagne nationale de reboisement 2020. Le Togo a une couverture forestière de 24,24% et veut atteindre un taux de 30% dans les années à venir. Et pour cause, le secteur forestier garantit la sécurité alimentaire, contribue à l’alimentation du bétail, aux soins de santé primaire, à l’approvisionnement en énergie domestique des populations, fournissent des services environnementaux.    

2017 Togolivesports. All rights reserved. Designed by CreativesWeb.