Article

Article

Togo/L’Etat et le secteur privé, plus qu’une solidarité en période de crise


Togo/L’Etat et le secteur privé, plus qu’une solidarité en période de crise

Les défis du secteur privé à l’ère de la covid-19 sont immenses. La pandémie n’a rien facilité, elle a engendré d’importantes répercussions sur l’ensemble du système économique et titille jusque-là la croissance tombée à 1% en 2020. Plus que jamais, l’Etat togolais s’est senti concerné. Rapidement, des moyens ont été pensés pour panser les plaies du secteur privé. Malgré le ralentissement des activités constaté au début de la crise sanitaire, les voyants étaient toujours au vert pour un retour à la normale grâce aux mesures seyantes mises en œuvre par le chef de l’Etat et ses collaborateurs. On estime aujourd’hui que la croissance devrait progressivement retrouver le niveau d’avant-crise à partir de 2022, compte tenu des investissements publics massifs et des réformes en faveur du climat des affaires. Un secteur privé maintenu en vie Au cours de ces derniers mois, l’accès au financement a été facilité par les institutions de la République. Le gouvernement a amélioré la qualité et la quantité des services sociaux de base, réduit les coûts d’accès à l’électricité et aux services de télécommunication (internet, téléphonie mobile), alléger le poids de la fiscalité sur les entreprises, optimiser les projets de protection sociale… Pour stimuler la relance économique et faciliter le développement d’une économie plus compétitive et prospère, les autorités ont davantage promu les entreprises numériques. En outre, des réunions de concertation entre l’Etat et le secteur privé se sont tenues à Lomé pour prendre le pouls des difficultés ou besoins des acteurs et les remettre sur les rails. Protection des entreprises Un produit de relance a été mis en place en août 2020 par le Fonds national de la finance inclusive (FNFI). Il est destiné aux Très petites et moyennes entreprises (TPME) fragilisées par les effets de la pandémie.  Au 31 décembre 2020, il a permis de financer 11 entreprises à hauteur de 57,2 millions de francs CFA. Les crédits peuvent aller jusqu’à 10 millions, avec un taux bonifié de 5%. Aussi, un produit de refinancement est adressé aux prestataires de services financiers partenaires du FNFI. Il a facilité le déblocage de 120 millions de francs CFA au profit d’un prestataire. Au début du mois de juillet 2021, le gouvernement a adopté un projet de décret pour effectuer une révision de la charte des Très petites et moyennes entreprises (TPME). Cela permettra aux entreprises togolaises d’être plus compétitives, de bénéficier plus aisément des projets gouvernementaux initiés au profit du secteur, dans le cadre de la feuille de route quinquennale (2020-2025).  

2017 Togolivesports. All rights reserved. Designed by CreativesWeb.