Article

Article

Politique de promotion de l'habitat/ La CRRH-UEMOA définit des formules innovantes


Politique de promotion de l'habitat/ La CRRH-UEMOA définit des formules innovantes

Dans un contexte de recherche du bien-être de nos populations ; la recherche des politiques innovantes est un procès convergent de nos Etats en voie de développement. C’est une problématique inhérente aux choix politiques de chaque Etat qu’il faille mutualiser pour une approche commune. C’est justement l’une des motivations de la Caisse Régionale de Refinancement Hypothécaire (CRRH-UEMOA)  pour l’organisation d’une conférence de Promotion de l’Habitat et la croissance Economique. Cette conférence qui prend fin ce jour a eu pour cadre l’hôtel 2 février de Lomé et a pour thème « Les politiques de Promotion de l’Habitat et la Croissance Economique ». C’est le ministre de la ville ; de l’urbanisme ; de l’habitat et de la salubrité publique Mme Koko Ayéva Elle a vu la participation des représentants des organisations internationales ; des directeurs généraux de banques et de micro finances. A l’occasion de cette conférence sur « Les politiques de promotion de l’habitat et de la croissance économique » qu’organisent la Caisse Régionale de Refinancement Hypothécaire et l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (CRRH-UEMOA). Le thème de cette conférence est bien « Les politiques de promotion de l’habitat et la croissance économique ». En effet, les pays de l’UEMOA sont confrontés à un déficit de logements, conséquences d’une urbanisation accélérée et incontrôlée, aggravée par le phénomène de l’exode rural qui dépeuple les milieux ruraux et draine vers les grandes agglomérations, les populations à la recherche d’un mieux-être. Les statistiques estiment le déficit de logement à 3,5 millions d’unités dans l’UEMOA, avec une croissance annuelle de la demande d’environ 700 000 unités. Au Togo spécifiquement, selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de novembre 2010, les centres urbains, notamment les chefs-lieux de préfecture et la capitale sont peuplés de 2 334 495 habitants contre 685 331 habitants en 1981. Le pourcentage de la population urbaine est aussi passé de 25,2% en 1981 à 37,7% en 2010 avec une forte tendance au phénomène de macrocéphalie. Le « Grand Lomé », capitale du pays, avait 1 432 453 habitants soit près des 2/3 de la population urbaine du pays et plus de 23% de la population totale du Togo. En lien avec cette croissance démographique, les besoins et la demande en logement sont en effet très importants. La quête du « chez-soi » étant un besoin vital, l’Etat ne peut plus rester en marge de la promotion et la facilitation de l’accès à la propriété immobilière décentes, notamment en faveur des ménages à revenus modestes, qui reste encore l’apanage de la seule autopromotion. En ce qui concerne le Togo, le gouvernement met en œuvre depuis quelques années, diverses actions pour relever le défi a signifié le ministre de l’urbanisme. Ainsi selon elle, le gouvernement a, entre autres mesures, adopté la stratégie nationale de logement ; validé la politique nationale de l’habitat et du développement urbain, initié l’étude de faisabilité pour la création d’une structure d’équipement de terrains urbains ; entamé la restructuration et la réhabilitation du centre de construction et de logement et adopté le Code foncier et domanial. Sur cette lancée, des initiatives d’habitat planifié sont encouragées, et parfois conduites par la puissance publique. On peut citer le projet pilote de construction de logements à coût abordable dénommé « Projet cité Mokpokpo » dans le quartier Adidogomé, les initiatives des promoteurs privés notamment la Cité des Anges à Lomé, le projet Wellcity dans la périphérie Nord de Lomé et le projet Résidence Renaissance de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale du Togo. Cette conférence selon le ministre de la Ville, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Salubrité Publique, vient à point nommé, puisque nous nous apprêtons à célébrer le 7 octobre prochain la Journée Mondiale de l’Habitat, instituée tous les premiers lundi du mois d’octobre par l’Assemblée Générale des Nations Unies, en vue de réfléchir sur les évènements humains et le droit fondamental de tous à un logement décent. Les objectifs de cette manifestation cadrent bien avec ceux de l’axe stratégique 3 du Plan National de Développement (PND) 2018-2022, dont l’intitulé est « consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion », et lequel l’effet attendu 10 permettra « aux populations d’avoir accès à un meilleur cadre de vie à des logements décents ». Pour sa part le Directeur Géneral de CRRH-UEMOA Christian Agossa a signifié que la CRR-UEMOA est un projet qui est suivi avec beaucoup d’attention puisqu’en 7 ans, il a été décaissé 200 milliards de CFA au projet de 35 banques commerciales dans les 8 pays de l’union à raison de 162 milliards de F CFA mobilisés sur le marché financier régional à travers 8 emprunts obligataires sur des durées de 10 à 15 ans, et 38 milliards de ressources concessionnelles pour la promotion de l’habitat abordable, des maisons de moins de 15 millions de F CFA, sur des facilités de la banque mondiale et KFW. Dans les deux cas, nous offrons ces ressources à taux très compétitif, 5,95% à 5 ans et 6,05% à 15 ans pour nos derniers emprunts obligataires. Pour les ressources concessionnelles, nos taux sont de 4% et 4,5% de 10 à 15 ans. Selon Albert G. Zeufack, dans les deux cas, nous offrons ces ressources à taux très compétitif, 5,95% à 5 ans et 6,05% à 15 ans pour nos derniers emprunts obligataires. Pour les ressources concessionnelles, nos taux sont de 4% et 4,5% de 10 à 15 ans. « Le financement de l’habitat suit des mécanismes diverses et variés, des formules innovantes, un bon sens économique », a-t-il ajouté

2017 Togolivesports. All rights reserved. Designed by CreativesWeb.