Article

Article

José Amoussou Pdt de CJUR-Togo fait un tour d’horizon des avancées du PM et l’encourage à maintenir l’élan


José Amoussou Pdt de CJUR-Togo fait un tour d’horizon des avancées du PM et l’encourage à maintenir l’élan

Depuis le magistère de madame Tomegah- Dogbé à la primature, beaucoup sont ceux qui estiment qu’il y a une lueur d’espoir dans l’espérance des togolais au programme de société du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé qu’elle met minutieusement en œuvre. Une évidence partagée au regard des profondes transformations et des mutations en cours. Très admiratif de sa gestion, José Amoussou, président de la Coalition jeunesse Unies pour le Renouveau (CJUR-Togo) a fait un tour d’horizon des enjambées qualitatifs de la première femme premier ministre au Togo et l’encourage à maintenir le pied sur l’accélérateur. Il met en lumière dans un premier temps le grand projet des zones agropastorales. Selon lui madame le premier ministre Prenant appui sur les réalisations perceptibles ici et là, on peut soutenir aujourd’hui, sans peur de se tromper, que le secteur agricole togolais est au cœur des enjeux de développement. Grâce à des investissements ciblés, l’agrobusiness sort progressivement la tête de l’eau et le niveau de vie des agriculteurs s’améliore sous tous les rapports. Ces années, le gouvernement a pris des dispositions pour mettre solidement en place des Zones d’aménagement agricole planifié (Zaap) et des Zones d’aménagement de production bovine (ZAPB). A quelles fins ? Les producteurs font leurs choux gras des appuis institutionnels sans cesse renouvelés. L’un des défis nationaux est lié à l’accroissement des zones d'aménagement dédiées à l'agriculture planifiée. Systèmes d’exploitation agricole moderne, les Zaap réunissent sur un même site des blocs pour la production des cultures vivrières, le maraîchage, la production d’arbres fruitiers, l’élevage et la pisciculture. Elles modernisent les techniques culturales et la dynamique des coopératives agricoles. Aussi loin qu’on s’en souvienne, l’Etat togolais use de tous les moyens pour faire en sorte que les agriculteurs ne manquent de rien et ne soient laissés sur le bas-côté. Cela se traduit, entre autres initiatives, par la mise à disposition régulière des crédits, intrants et semences certifiées pour une campagne agricole productive et bénéfique à tous égards. Dans le compte de la saison 2021-2022, 6 500 tonnes de semences certifiées seront remises aux producteurs via le réseau des semenciers. Avec la Centrale d'approvisionnement et de gestion des intrants agricoles (Cagia) et l’Institut togolais de recherche agronomique (Itra), l’Etat togolais met en œuvre des mesures pour la constitution rapide d’un stock et l’installation de kiosques de distribution dans chaque région. Mieux encore cette année, les semences sont étiquetées avec des prix uniformisés par la fédération des semenciers : 500 francs/kg pour le maïs, 625 francs/kg pour le soja, 425 francs/kg pour le riz et 750 francs/kg pour l'arachide. La qualité des semences et la disponibilité des intrants garantiront aux travailleurs, une campagne agricole sereine et avantageuse pouvant leur permettre de subvenir aux besoins alimentaires, scolaires, sanitaires… 80 000 tonnes d’intrants pour la même campagne Pour 2021-2022, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural a annoncé un plan de constitution d’un stock de 80 000 tonnes d’intrants pour des ménages d’agriculteurs togolais afin de les aider à obtenir de bons rendements, assurer la sécurité et l’autosuffisance alimentaires. Cette quantité d’intrants sera rendue disponible par la Cagia avant le début des pluies afin de permettre aux producteurs d’accroître leurs chances de réussite au cours de l’année, augmenter leurs revenus et subvenir aux besoins familiaux. 22 milliards de francs CFA dépensés pour les cantines scolaires au Togo depuis 2008 Le programme de cantines scolaires est une sous-composante du projet de Filets sociaux et services de base (FSB) mis en œuvre au Togo pour assurer aux communautés pauvres un meilleur accès aux infrastructures socioéconomiques de base et aux filets sociaux. Du nord au sud du pays, il contribue au bien-être des écoliers dans les établissements primaires publics, accroît l’accès des enfants des ménages pauvres à des repas réguliers, améliore la fréquentation et la rétention dans les écoles des zones ciblées. Les cantines scolaires sont financées à coup de milliards sur le territoire. Mais au vu des retombées hautement positives, le jeu en vaut la chandelle. Pour que le développement communautaire soit inclusif, résistant, bénéfique et durable, il doit nécessairement être l’œuvre des communautés elles-mêmes, sous un regard attentif des pouvoirs publics. Parmi le cocktail d’initiatives de grande valeur économique et sociale proposées par l’Etat togolais, le projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) apporte un soutien indéfectible à la jeunesse vaillante. Il améliore l’accès aux services de base sur le plan national, réduit par tous les moyens la pauvreté et permet au pays d’atteindre progressivement les Objectifs de développement durable (ODD). La gratuité des soins pour les femmes enceintes est effective au Togo En ce qui concerne le système sanitaire national et la garantie d’une prise en charge efficace et moins coûteuse pour les populations, le Togo prévoit au-delà du nécessaire. Outre la kyrielle d’initiatives préexistantes, destinées à améliorer le bien-être des citoyens ou des ménages, peu importe leur classe sociale et localisation géographique, les dirigeants ont annoncé pour 2021, un programme de gratuité des soins pour les femmes enceintes. Il touche la planification familiale, la consultation prénatale, l’accouchement et la césarienne. Le PDRD générera 4 000 emplois dans le canton de Djagblé Dans sa politique de développement et de lutte sans relâche contre la pauvreté, le Togo s’adosse raisonnablement sur la relance durable du secteur agricole. Et pour cause, l’agriculture représente 40% du Produit intérieur brut (PIB) national. Le Projet de développement rural de la plaine de Djagblé (PDRD) a été pensé pour revigorer la production vivrière, remédier à l’insuffisance alimentaire, permettre aux habitants de vivre décemment de leur travail et créer des emplois supplémentaires. Les travaux d’aménagement du périmètre hydroagricole du Projet de développement rural de la plaine de Djagblé sont achevés à plus de 96%. Ceux-ci ont été lancés il y a 36 mois, 03 ans après le lancement du PDRD en février 2015. Les filets sociaux insufflent un nouvel élan aux ménages togolais nécessiteux Le projet de Filets sociaux et services de base (FSB) redonne vie aux citoyens togolais en difficulté socioéconomique. Il responsabilise les communautés dans leur développement, renforce leur accès aux infrastructures de base et à une couverture sociale minimum. L’initiative accroît l’accès des enfants à des repas scolaires réguliers, ce qui améliore la fréquentation et la rétention dans les écoles. Plus encore, elle augmente le revenu et la consommation des ménages bénéficiaires grâce aux transferts monétaires. Sur le territoire, le projet de FSB est coordonné par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb) qui change supérieurement la vie des populations.  

2017 Togolivesports. All rights reserved. Designed by CreativesWeb.