Article

Article

Editogo/ Le DG Remy Assih sonne le glas des actes manqués, un chef service relevé de ses fonctions


Editogo/ Le DG Remy Assih sonne le glas des actes manqués, un chef service relevé de ses fonctions

Face à la frénésie et conspiration de tout genre corroboré de la théorie du complot le tout dans un cycle infernal de stratégie malveillantes, certains agents indélicats d’Editogo mal inspiré foncent droit au mur .Un nouveau coup de tête dans l’eau qui n’étonne guère pour ceux qui connaissent l’homme noir dans toute sa plénitude. Comme on pourrait s’attendre ,après le licenciement autorisé par l’inspection générale du travail et confirmé par le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social ,Gilbert Bawara de 10 agents retranchés dans un syndicat fantôme créer de toute pièce avec des motivations inavouées  et dont l’une des premières  actions entreprises les a mis hors d’état de nuire .Ils sont aujourd’hui tapis dans l’ombre et tire les ficèles avec seule obsession, nuire à l’image de leur recruteur ,le DG Assih Remy dont ils doivent leur passage dans cette société parapublique .Il est désormais claire pour tout le monde que le gouvernement togolais sous le leadership du Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé , n’entend plus donner de place dans aucune structure étatique et parapublique d’actes incohérents qui ne respectent pas les clauses contractuelles et le cahier de charge afférent. En tout cas, les actes et usages sur cette nouvelle dynamique sont assez expressif à tout point de vue. Et sur la question le Directeur Général  Assih Remy n’entend pas jouer les prolongations .Jusqu’alors, tout ceux qui ont voulu croire le contraire en ont eu pour leur dose. Rien ne sera plus comme avant et d’ailleurs sa rigueur dans cette société parapublique éditrice du quotidien national Togo Presse est en phase avec la dynamique du gouverner autrement insufflé par le gouvernement de dame Dogbé. Et ça, chacun est bien renseigné et devrait s’y conformer dans les actes et principes régissant la boite. Qu’à cela ne tienne, un employé dont nous taisons pour l’heure le nom a été relevé de son poste de chef service par le DG Remy Assih pour des soupçons d’inhalation de cannabis. En effet le garde du corps d’un DG dont le service est contiguë à celui d’Editogo qui dans ses errements auraient senti l’odeur, et patatras a monté les enchères pour incriminer un chef service. D’après nos recoupements, il ressort que c’est ni plus ni moins l’œuvre d’un des agents dernièrement  licenciés qui serait  dans un rôle de règlement de compte et aurait guidé le garde du corps au sujet fatale. Quand bien même que les faits ne soient pas établit, le DG n’a pas voulu laisser inaperçu cet acte. Le Chef service est donc relevé de ses fonctions. Si l’agent mise en cause n’est pas à dédouaner, cette affaire montre une autre facette des agents de l’administration publique et parapublique qui pour une raison ou une autre sont prêt à mettre en lumière au-delà de cet acte des dossiers confidentiels de la boite en publique. Une stratégie utilisée dans le courant de la procédure ayant abouti au licenciement des sieurs Ali-Bodé Aissétou,Saka Ablavi,Signa Massahalou,Laré Koupak,Baderi Monipak,Simnabiou Etienne ,Assih Abalo,Alaza Wiyao Essowè,Sanvi Komi,Kawele Tchao. Editogo n’inaugure pas Ce nouveau cliché imprimé par certains agents indélicats. On y trouve à satiété dans plusieurs structures, ce qui interpelle nos autorités à revoir les clauses contractuelles qui doivent prendre en compte la confidentialité quel que soit le motif de votre éviction d’une boite avec l’évaluation des faits nouveaux. Sans quoi c’est une bombe à retardement qui hante nos structures si rien n’est fait.     

2017 Togolivesports. All rights reserved. Designed by CreativesWeb.