Article

Article

Développement humain : Les conditions de vie des populations togolaises se sont nettement améliorées


Développement humain : Les conditions de vie des populations togolaises se sont nettement améliorées

Les conditions de vie des populations togolaises se sont nettement améliorées au fil des années grâce aux initiatives entreprises par les autorités pour leur assurer un minimum vital commun. Précisément, les progrès enregistrés dans le système sanitaire, la pratique de l’hygiène, la promotion d’une agriculture biologique et durable qui garantit la sécurité alimentaire et une alimentation saine, sans oublier l’absence de guerres, de catastrophes naturelles ou d’épidémies, ont rallongé tant soi peu l’espérance de vie des citoyens. Human Development Report, un rapport établi par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) a indiqué que de 1990 à 2018, l’Indice de développement humain (IDH) du Togo est passé de 0,405 à 0,513, en amélioration de 26,6%. Au cours de la même période, les Togolais ont gagné 4,9 années de plus, en termes d’espérance de vie, dont 03 années gagnées entre 2010 et 2017. En ce qui concerne le Produit intérieur brut (PIB) par habitant, il a augmenté de 22,4%, sur la même période. Par ailleurs, l’expérience de vie moyenne au Togo est passée à 64,5 ans et le taux de mortalité infantile ainsi que celui de mortalité se sont améliorés. L’indice de fécondité se situait autour de 4,48 enfants par femme et l’on estimait le taux d’accroissement naturel du pays à 2,69%. La pauvreté a reculé Elle est en baisse constante. De 61,7% en 2006, le taux de pauvreté au Togo est passé à 58,7% en 2011 ; 55,1% en 2015 avant de redescendre à environ 53,5% en 2017, d’après une enquête réalisée par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (Inseed) et dont les résultats sont contenus dans un document dénommé « Cartographie de la pauvreté 2017 ». Particulièrement, ces avancées ont été nettement perceptibles dans les milieux ruraux qui sont des zones vulnérables et beaucoup plus touchés par la précarité. Pour preuve, la pauvreté était relativement élevée avec un taux de 73% en population rurale en 2006. En 2017, ce taux est tombé à environ 63%. Dans la région des Savanes par exemple, l’incidence de la pauvreté est partie de 87,3% en 2011 pour s’établir à 65% en 2017 tandis que dans la région centrale, elle est passée de 76% en 2011 à 59,9% en 2017. En milieu périurbain et urbain, le taux était de 53% dans la région maritime (contre 45,3% en 2011) et de 30,3% dans Lomé Commune en 2017 (contre 27% en 2011), des chiffres en hausse qui peuvent s’expliquer par la forte démographie dans ces localités.  

2017 Togolivesports. All rights reserved. Designed by CreativesWeb.